LE PROJET EN DETAILS

Contexte : Un projet à l’initiative de l’association des Parcs naturels du Massif central

L’association des Parcs naturels du Massif central (IPAMAC) met en réseau 12 parcs (11 parcs naturels régionaux – PNR et un Parc National) et vise à mutualiser des compétences et des moyens pour mener des projets collectifs sur trois thématiques : la préservation et la valorisation de la biodiversité, l’attractivité des territoires, le tourisme durable et l’itinérance.
Avec ses 12 Parcs, le Massif central est le plus grand espace préservé d’Europe et dispose d’un fort potentiel en termes d’itinérance. Traversé par une grande diversité de chemins
emblématiques (chemin de Saint-Jacques de Compostelle, chemin de Stevenson, GTMC VTT…). Le développement de l’itinérance a donc été identifié comme un enjeu fort pour les 12 Parcs du Massif Central qui travaillent sur l’itinérance à l’échelle de leur territoire avec un double objectif : contribuer au développement touristique par l’itinérance (à pied, à cheval, avec un âne, à vélo, etc.), et faire (re)découvrir des patrimoines culturels et naturels des territoires dans une démarche de tourisme durable.
La création artistique contemporaine : une nouvelle entrée pour valoriser les itinérances ?

L’effet Doppler ?
Définition : l’effet Doppler est le décalage de fréquence d’une onde (mécanique, acoustique, électromagnétique ou d’une autre nature) observé entre les mesures à l’émission et à la réception, lorsque la distance entre l’émetteur et le récepteur varie au cours du temps.
Lors d’une randonnée sur les chemins de l’Aubrac ce que nous voyons, entendons, ressentons est-il réel, universel ? Ou est-ce une expérience unique et intime ? Le son est-il le même si je m’arrête de marcher ? Le paysage sera-t-il identique pour le randonneur qui me suit ou pour cette vache qui paît au loin. Et ce soir ? Et demain ? Que restera t-il de mes souvenirs ?

# LE PROJET
Par la transformation des sons, des images et des mots récoltés sur les chemins de randonnées, la compagnie « Braquage Sonore & Cie » propose une relecture onirique des multiples expériences vécues lors de la découverte des magnifiques paysages de l’Aubrac.

Un jeu entre les sons, les mots et les images pour tenter de recréer les sensations qui nous traversent en les parcourant à la manière des rêves qui se construisent en déformant des fragments de la réalité…

Une démarche artistique en trois étapes effectuée en immersion sur le plateau de l’Aubrac dans le secteur de Malbouzon-Prinsuejols de juillet à octobre 2020 afin d’y récolter les éléments tangibles et sensibles qui le composent.

# LA RÉCOLTE
L’appel à témoignages
Avec la simple question « Que ressentez-vous là, maintenant ? », nous avons laissé à disposition des carnets sur les chemins de randonnées autour de Malbouzon-Prinsuejols ainsi qu’à la maison de l’Aubrac, invitant les randonneurs à y laisser leurs impressions et récits de leurs expériences. Une récolte des traces des sensations vécues à cet instant ce jour là.

– Une récolte sonore
Sous différentes météos, de nuit ou de jour, un recueil des traces sonores de ces paysages toujours en mouvements. Des micros en guise de stéthoscope pour ausculter les acteurs de cette prosodie singulière de l’Aubrac où la nature, les éléments et l’homme interagissent.

– Une récolte visuelle
Deux photographes ont sillonné les chemins du lever du jour au coucher du soleil à la poursuite de la lumière, tentant de capturer en image ces impressions d’immensité et d’éternité des paysages. Collectionnant des centaines d’images d’horizons infinies, de vaches curieuses, de rochers lunaires, de clôtures centenaires en pierre, de ruisseaux improbables, de burons solitaires, de moments magiques…

# LA TRANSFORMATION

A partir des presque 250 témoignages jetés sur le vif dans les pages de carnets en nature, Jean Cagnard a imaginé et écrit, telle une poésie de l’itinérance les textes qui composent cette publication et accompagneront l’exposition.

Une utilisation de fragments de réalités acoustiques pour inciter l’imaginaire de l’auditeur à voyager dans plusieurs dimensions. Des créations sonores, composées à partir des captations qui accompagneront l’exposition, les points d’observations en nature et la présente publication.

Un travail de sculpture graphique des images récoltées pour accentuer l’impression et les sensations qu’elles ont laissé dans l’oeil des photographes ou sublimer les émotions vécues par les spectateurs confrontés à ces véritables fenêtres sur les paysages sensibles de l’Aubrac.

# LA RESTITUTION

Une exposition photographique et sonore
Une exposition itinérante sera présentée au Domaine de la Baume, à la Maison de l’Aubrac, à l’Office de Tourisme de Nasbinals et au festival Phot’Aubrac.
Chacune des dix images grand format est présentée avec un texte de Jean Cagnard et une création sonore de Jérôme Hoffmann accessible par casque audio.
Une association du son, des mots et de l’image pour créer une expérience augmentée et amplifier les sensations perçues .

L’aménagement de points d’écoute sur les sentiers
Des points d’écoute et d’observation sont aménagés sur les sentiers du Chemin de Saint Jacques (GR65) et du tour des monts d’Aubrac (GRP TMA). Des lieux singuliers pour prendre le temps de la découverte d’un paysage et d’une création sonore. Deux de ces lieux aménagés par l’intervention des A.B.P.S (l’Association des Bâtisseurs en Pierre Sèche) sur des chemins communaux en concertation avec la mairie, et ce pour inciter le visiteur à s’élever et observer. (+ d’infos par ici)

Initier une base de donnée des paysages sonores de l’Aubrac
En association avec le Parc naturel régional de l’Aubrac nous souhaitons conserver et mettre à dispositions des enregistrements sonores des paysages de l’Aubrac dans une base de donnée participative où chacun pourra contribuer en soumettant ses captations sonores réalisées sur le Parc. Les paysages seront accessibles sur internet pour d’une part revivre les sensations vécues sur l’Aubrac ou les découvrir.

Et d’autre part, dans une période où les conditions climatiques globales et les pratiques (de déplacement, d’occupation des territoires,…) évoluent si rapidement, enregistrer et conserver les sons de l’Aubrac aujourd’hui sera aussi un outil précieux d’étude des paysages et le moyen de les comparer aux sons de ces mêmes paysages dans dix, vingt ou trente ans.

# Une publication
C’est avec le soutien et à l’initiative des Scènes Croisées de Lozère (complice depuis les prémices de ce projet artistique de territoire développé par Braquage Sonore & Cie) qu’est né l’idée de laisser une trace, au delà des frontières de l’Aubrac, de ces créations sur le territoire.
Ainsi le projet Effet doppler des paysages P.N.R. Aubrac, à donné lieu à la publication que vous tenez entre vos mains. Une réalisation plastique sous forme d’un double album vinyle 33 tours comme trait d’union tangible entre le son, les images et les mots.