Le live en 5.1

/ ECOUTER VOIR   / PRESSE    / DISPOSITIF   / CONTACT 

Braquage Sonore Le Live en 5.1 est une proposition à la croisée de l’électroacoustique, de l’électronique, des bruits. C’est la construction en live d’une musique cinématographique àlaquelle s’ajoutent les partitions de nos imaginaires. D’une pluie fine de notes suspendues àun ciel qui gronde d’intensité il n’y a parfois que quelques pas.

Braquage Sonore est une forme de réception du son qui nous interpelle et qui perturbe nos habitudes d’écoute grâce àun systéme de diffusion en 5.1, permettant la spatialisation des sons à travers 5 sources qui nous entourent.

A travers leur proposition, Jérôme Hoffmann et Mathias Beyler se jouent de nous et des espaces. Ils manipulent àvue, des objets, des matières, des instruments arrangés et des voix. Ils prélèvent des matières sur place, les détournent, les enregistrent, les musicalisent et les diffusent. Ils nous placent ainsi en heureux complices du braquage qui se déroule sous nos yeux.

Rapidement nos repères et certitudes s’estompent. La confusion s’installe entre les sonorités présentes dans l’environnement et les mélodies enregistrées. Les deux artistes s’amusent à brouiller les pistes, à entremêler les espaces.

Le lieu à partir duquel la performance est construite, par la récolte d’éléments sonores in situ, est révéléen musique. A mesure que les sons circulent, murmurent ou se propagent, une bulle sonore se crée, formant un nouvel espace a peine palpable dont les limites ne sont que celles du voyage personnel, intime ou imaginaire que chacun se définit.

Le visible, l’audible, l’environnement et l’intime sont alors en intrigante porosité.

Jérôme Hoffmann et Mathias Beyler composent ainsi un espace sonore dynamique qui pose le décor du « road movie vibratoire » qu’ils nous invitent à nous jouer.

Braquage Sonore est une performance nourrie du lieu qu’elle investit.

Chaque braquage suit un mode d’intervention précis qui requiert éude, immersion, temps d’adaptation sur place. En fonction du temps passé à fouiller, prélever, détourner, la performance est plus ou moins unique, contextuelle et sur mesure.

Jérôme Hoffmann et Mathias Beyler ont soif de tentatives, de déséquilibres et de trouvailles sonores au sein d’espaces à musicaliser. Par leurs récoltes in situ et leurs manipulations, ils nous éveillent au potentiel sonore souvent inexploitéde ce qui constitue nos environnements, de ce qui nous entoure.

La part d’inconnue est inévitable, les partitions écrites flirtent avec les intentions et arrangements spontanés.

Les deux compositeurs s’adaptent àdifférents types d’espaces et affectionnent tout particulièrement les lieux inattendus et non-dédiés : extérieurs multiples, ateliers, friches, églises, cours, toits d’immeubles, musées, bâtiments en construction ou en cours de réaménagement, etc..

Leur performance peut être réalisée à différents moments de la journée : au lever du jour pour un réveil des sens et de l’imaginaire, l’après-midi pour une sieste sonore, en soirée pour une mise en espace suspendue.

La jauge est variable, à definir en fonction de l’espace et des conditions de jeu.

Braquage Sonore Live et Installation avec Mathias Beyler, Jérôme Hoffmann, Stephane Perche,
Production : Braquage sonore & Cie
Diffusion :
Charlotte Mouchette
Vidéo :
Cyril Laucournet, Damien Oliveres, Axelle Carruzzo
Album en écoute sur :
Soundcloud, Bandcamp, Deezer, Spotify, Itunes…
Soutiens :
FredMaury Tomato Sound Factory, Daniel Roméro (MèQ)


Dossier Braquage sonore sur demande ICI


a20format20cd20coupc3a91


On en parle

– Le Canal Auditif, Quebec : «…C’est en février dernier qu’il a publié son nouveau EP, une petite merveille intitulée Braquage Sonore: trois pièces qui réverbèrent entre la trame de film et l’électro ambiant.(…) Hoffmann nous offre trois pièces qui prennent le temps de se déployer, particulièrement dans l’espace, comme trois scènes qui forment un court métrage. Il y a une attention particulière portée sur la matière première, une finesse et une sensibilité dans la sélection et la spatialisation des sons. Les échantillons croisent les impulsions électroniques tout naturellement, le résultat est homogène, étanche. Bravo.» P.Desjardins  ( Le canal auditif )


Retour Menu

/ ECOUTER VOIR   / PRESSE    / DISPOSITIF   / CONTACT